Asia Bibi : sa condamnation à mort confirmée

Blog de infos-en-vrac :Infos en vrac, Asia Bibi : sa condamnation à mort confirmée

Le tribunal d'appel de Lahore (Pakistan) a confirmé jeudi matin la condamnation à mort par pendaison d'Asia Bibi, accusée de blasphème par deux femmes musulmanes avec lesquelles elle se serait disputée. La jeune femme est en prison depuis 2009.

Selon son avocat, Maitre Shakir, le manque de crédibilité objectif des témoins n'a pas empêché les magistrats d'opter pour le châtiment suprême.


Risques d'émeutes

"La justice est toujours plus entre les mains des extrémistes" aurait-il déclaré, selon l'agence Fides. Son seul espoir est désormais de voir ce jugement cassé par la Cour Suprême, ultime instance judiciaire au Pakistan.

Au-delà d'éventuelles motivations idéologiques ou religieuses, il est possible que les juges craignent par ailleurs la réaction de la rue. Une mesure de clémence à l'égard d'Asia Bibi risquerait de déclencher de violentes émeutes comme l'ont déjà fait savoir des extrémistes musulmans.


Santé dégradée ?

Dans un livre autobiographique, intitulé "Blasphème", Asia Bibi racontait qu'elle avait été l'objet de la colère de femmes de son village pour avoir bu à une source réservée aux musulmans.

Les nouvelles les plus récentes d'Asia Bibi remontent au mois de juillet dernier. Incarcérée en cellule d'isolement, elle affichait une santé très dégradée a témoigné un prêtre de Lahore.

Asia Bibi est mère de cinq enfants. Son mari Ashiq Masih tente depuis son emprisonnement de mobiliser l'opinion publique internationale pour sauver son épouse.

Source

jeudi 16 octobre 2014 16:52 , dans (In)Justice


Stérilisation forcée sous couvert de vaccination : l'Eglise s'insurge !

"L’Église catholique du Kenya s’oppose à une campagne de vaccination contre le tétanos des femmes âgées de 19 à 49 ans, alors que celle-ci doit débuter lundi 13 octobre dans 60 districts à haut risque du nord du Kenya, où des cas de décès maternels et néonatals sont extrêmement élevés. Elle craint que cette opération, menée par le ministère de la Santé, ne couvre un plan de stérilisation des femmes et de contrôle de la croissance de la population (...)

Lors d’une conférence de presse au Centre pastoral Saint-Patrick, à Kabula, dans le comté de Bungoma, à l’ouest du pays, le président de la Commission santé de la KEC, Mgr Paul Kariuki Njiru, et son adjoint, Mgr Joseph Mbatia, ont déploré que le ministère de la santé ait lancé cette campagne sans coordination et sans concertation avec les instituts de santé catholiques.

Le communiqué des évêques [Ici en VO.NDL] pose plusieurs questions précises :

Y a-t-il une épidémie de tétanos au Kenya ?
Si tel est le cas, pourquoi n’a-t-elle pas été déclarée ?
Pourquoi la campagne cible-t-elle seulement les femmes de 14 à 49 ans ?
Pourquoi la campagne laisse-t-elle de côté les enfants, les garçons et les hommes, même si ces catégories sont aussi exposées au tétanos ?
Au milieu de tant de maladies mortelles au Kenya, pourquoi le tétanos a-t-il eu la priorité ? (...)

Selon la commission épiscopale, le vaccin utilisé peut provoquer la stérilité lorsqu’il est injecté à une femme non enceinte. « Les informations accessibles au domaine public indiquent que le vaccin antitétanique additionné de Beta HCG (hormone secrétée par les femmes enceintes NDLR) aurait été utilisé aux Philippines, Nicaragua et Mexique pour vacciner les femmes contre une éventuelle grossesse, écrivent les évêques dans leur communiqué. (…) Lorsque cette hormone est injectée au moyen d’un vaccin à une femme non enceinte, le Beta HCG combiné avec l’anatoxine tétanique provoque le développement d’anticorps contre le tétanos et le HCG, de sorte que si l’ovule d’une femme est fécondé, son HCG naturel sera détruit, la rendant définitivement stérile. »

Les évêques disent craindre une volonté cachée de stérilisation des femmes à large échelle. Une solution qui, selon eux, aurait déjà été utilisée par les partenaires occidentaux aux Philippines, au Nicaragua et au Mexique".

Le Salon Beige

mercredi 15 octobre 2014 16:19 , dans Monde


Les Saints Anges Gardiens

Blog de infos-en-vrac :Infos en vrac, Les Saints Anges Gardiens

C'est une vérité de foi que les anges, tout bienheureux qu'ils sont, reçoivent une mission de Dieu auprès des hommes ; les paroles de Notre-Seigneur, l'enseignement des Docteurs et des saints, l'autorité de l'Église, ne nous permettent pas d'en douter. Si les démons, en légions innombrables, rôdent autour de nous comme des lions prêts à nous dévorer, selon la parole de saint Pierre, il est consolant pour nous de songer que Dieu nous a donné des défenseurs plus nombreux et plus puissants que les démons.

C'est au plus tard dès sa naissance que tout homme venant au monde est confié à la garde d'un esprit céleste ; les païens, les hérétiques, les pécheurs eux-mêmes, ne sont pas privés de ce bienfait de Dieu. Il est même certain que divers personnages, en raison de leur situation, comme les rois, les pontifes, ou en raison des vues spéciales de Dieu sur eux, comme nombre de saints, ont parfois plusieurs anges gardiens. Il semble indubitable que non seulement les individus, mais les sociétés et les institutions, sont confiées aussi spécialement à la garde des anges ; l'Église, les royaumes, les provinces, les diocèses, les paroisses, les familles, les ordres religieux, les communautés, ont leurs angéliques protecteurs.

Les anges nous préservent d'une foule de maux et de dangers, ils éloignent de nous les occasions du péché ; ils nous inspirent de saintes pensées et nous portent à la vertu, nous soutiennent dans les tentations, nous fortifient dans nos faiblesses, nous animent dans nos découragements, nous consolent dans nos afflictions. Ils combattent avec nous contre le démon et nous prémunissent contre ses pièges ; si nous tombons, par fragilité ou par malice, ils nous relèvent par le remords, par les pensées de la foi, par la crainte des jugements de Dieu, et nous procurent divers moyens de conversion : ils portent nos bonnes œuvres et nos prières à Dieu, réparent nos fautes, intercèdent pour nous auprès de la divine miséricorde, suspendent la vengeance céleste au-dessus de nos têtes ; enfin ils nous éclairent et nous soutiennent dans la maladie et à l'heure de la mort, nous assistent au jugement de Dieu, visitent les âmes du purgatoire.
Saint Bernard résume nos devoirs en trois mots : « Quel respect, quel amour, quelle confiance de notre part ne méritent pas les anges ! Respect pour leur présence, amour à cause de leur bienveillance, confiance en leur protection. » Ajoutons un quatrième devoir, la docilité à leurs bonnes inspirations.

Evangile au quotidien

jeudi 02 octobre 2014 16:36 , dans Chretienté


Lettre ouverte de Mgr B. Georges Casmoussa, Archevêque Auxiliaire Patriarcal Syro-Catholique

Rome, 22 juillet 2014 (Zenit.org) Mgr Georges Casmoussa

Chers amis,

C’est de Rome que je vous écris… Les événements se précipitant en Iraq, et à Mossoul même. Dans un climat de tristesse, de consternation et d’indignation je vous fais part de mon angoisse:

1. Jeudi 16.7. , l’État Islamique (ISIS) a décrété, avec hauts parleurs, renchéris par quelques mosquées, que les Chrétiens de Mossoul, pour survivre, devaient choisir entre trois possibilités: soit de se convertir a l’Islam, soit de payer la jiziah (impôt imposé aux non musulmans), soit de quitter la ville sans rien prendre. Leurs biens appartenaient a l’État Islamique.

2. Suite a ce décret les chrétiens qui restaient dans la ville (entre 100 et 200 familles, car déjà ravagés par d’autres exodes successives) quittaient la ville précipitamment avec simplement ce qu’ils pouvaient importer. Ils furent, toutefois, molestés par les ISIS aux barrages en sortant de la ville. Certains furent pillés, frappés, dépouillés de leurs argent, bijoux, cellulaires. Des passeports furent déchirés.

3. D’autres faits sur le terrain ont eu lieu depuis samedi 18.7. à Mossoul: Évêché syriaque catholique: rumeurs sur sa mise a feu. Ce qui est sûr, d’après Mgr Mouche: les ISIS ont fait irruption, fait descendre les portraits des patriarches et les ont brûlés devant l’Évêché. Quatre églises (Syr, cath., syr. orth., armeniens orth.) donnent sur la cour de l’évêché, dont notre ancienne cathédrale remontant au XIIe s.

Église Mar Thomas: irruption dans l’église, prise du Musée, musée lequel contient des manuscrits précieux, des pièces racontant l’histoire de la ville de Mossoul.

Monastère Mar Behnam à 15 km au S.O. de Qaraqosh pris par les ISIS, les moines chassés, leurs cellulaires confisqués. Ce monastère abrite une église et le mausolée du Martyre, chef-d’œuvre de la sculpture chrétienne en Mésopotamie.

Monastère Mar Gorguis à la périphérie nord de Mossoul: saccagé par les ISIS. Descente de croix. Comme ils l’avaient déjà dans d’autres églises de Mossoul. Déjà les ISIS avaient pris les évêchés syriaque-orthodoxe et chaldéen.

On craint beaucoup pour le patrimoine artistique de Mossoul, où l’ISIS a déjà démoli des mausolées de la ville et des monuments érigés en l’honneur de personnalités culturelles ou artistiques civiles, ainsi qu’une statue de la Vierge qui dominait l’ancien évêché chaldéen, déjà miné et bombardé en 2006.

Le climat est très lourd dans la ville. Certains témoignages reflètent la désapprobation des musulmans de la ville, mais aucune réaction des chefs religieux Sunnites de l’Iraq. Silence médiatique. Malgré quelques échos faibles. Un Futur incertain pour les chrétiens. Déjà le 10 Juin dernier, a la prise de la ville par ISIS, un premier exode massif de chrétiens avait eu lieu vers les villes chrétiennes de la Plaine de Ninive. Les 26,27, 28 du même mois, à la suite des affrontements entre les forces kurdes qui gardaient Qaraqosh et les jihadistes Sunnites qui faisaient l’assaut de la ville, 45000 chrétiens, c.a.d. la presque totalité de la ville, avaient fui leur ville vers le Kurdistan.

4. Ici a Rome, ou se trouve le patriarche syr. cath. Joseph III YOUNAN: Samedi 19.7., accompagné de son Auxiliaire Mgr Casmoussa et de l’archevêque de Bagdad, Mgr Abba, Sa Béatitude (S.B.) a eu une audience précipitée a la Secrétairerie d’État. S.B. a proposé au chef du Dicastère des relations avec les États, Mgr Dominique Imberto, de convoquer le corps diplomatique accrédité auprès du Saint-Siège pour l’inciter à une action commune et urgente en faveur de la minorité chrétienne d’Iraq soumise a la persécution déclarée des islamistes fanatiques de l’ISIS. Cette même proposition, S.B. l’a réitérée au Saint-père personnellement qui l’a appelé au téléphone l’après-midi du Dimanche. S.B., pendant 10 minutes, a expliqué à Sa Sainteté, la situation critique des chrétiens en Iraq. Le S.Père, à l’Angélus de ce même dimanche, avaient parlé clairement et avec angoisse de la souffrance et de la persécution des chrétiens en Iraq.

5. A Bagdad, S.B. le Patriarche Louis Sako a lancé un appel vibrant en faveur du respect des droit des chrétiens irakiens et de leur survie. Il a invité les évêques catholiques et orthodoxes de l’Iraq à une session extraordinaire de l’AEI a Ainkawa lundi ou mardi.

6. Avec la chasse aux Chrétiens, il y a eu la chasse aux chiites à Mossoul et ses environs. Dans plusieurs villages mixtes des alentours de Mossoul, les ISIS ont mené une vraie épuration religieuse, ou ils ont molesté les communautés chiites et les ont chassées vers le Kurdistan. Des centaines de familles démunies de tout, furent accueillies dans des camps de fortune, sous un soleil torride. Les autorités kurdes les ont accueillis puis acheminées vers le sud, vers les villes chiites.

7. Au nom des Droits de l’Homme; au nom de l’homme, de la femme et de l’enfant chrétiens en Iraq soumis a la discrimination, chassés de leurs maisons et de leurs villes; acculés à un choix injuste, inique et inhumain, soit de se convertir a l’Islam, soit a payer la Jizia, soit à quitter leurs villes sans rien emporter… c’est un appel vibrant et pressant que nous lançons a la Communauté Internationale, aux Etats arabo-musulmans, au Secrétaire de l’ONU , au Congrès Islamique Mondial, à Al-Azhar, aux gouvernements et parlements de la CE… pour prendre leurs responsabilités vis-à-vis des minorités religieuses et ethniques en Iraq, notamment les Chrétiens d’Iraq qui sont menaces d’extermination ou voués au départ. C’est une persécution directe et ouverte de la part des Jihadistes Islamiques (ISIS) en Iraq. Ceux-ci menacent non seulement les chrétiens, en tant que groupe social, mais menacent la civilisation, le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Iraq. Leur idéologie biffe 1400 ans de l’histoire de l’humanité en détruisant tout apport culturel, artistique et historique de notre pays, pour remettre nos peuples à l’obscurantisme du début du 7eme s. C’est une vraie menace pour la civilisation humaine tout court.

+ B. Georges Casmoussa - Archev. Auxiliaire Patriarcal Syr. Cath.

Rome 21.7.2014


mardi 22 juillet 2014 15:08 , dans Monde


Soudan : Une mère chrétienne condamnée à la pendaison pour "apostasie"

Blog de infos-en-vrac :Infos en vrac, Soudan : Une mère chrétienne condamnée à la pendaison pour 'apostasie'

Meriam Yahia Ibrahim, âgée de 27 ans, mère de Wani, un nourrisson de 20 mois, et attendant pour ce mois de mai un autre enfant, a été reconnue coupable « d’apostasie » et « d’adultère » le 4 mars dernier par un tribunal siégeant à Al Haj Yousif dans l’État (wilayat) de Khartoum, qui l’a condamnée une peine de 100 coups de fouet, sitôt la naissance de l’enfant qu’elle porte, puis la peine de mort par pendaison deux ans après sa naissance, conformément au Code de droit pénal soudanais de 1991. Cette double sentence a été confirmée le 15 mai par le tribunal, Meriam Yahia Ibrahim ayant réaffirmé qu’elle était chrétienne.

Elle est, depuis le mois de février, détenue en prison avec son nourrisson et nous apprenons que les soins adéquats lui font défaut et qu’elle a subi de mauvais traitements au cours de son incarcération.

Meriam Yahia Ibrahim a été élevée dans la religion chrétienne orthodoxe par sa mère également chrétienne, son père musulman ayant abandonné sa femme et sa fille quand cette dernière avait six ans. Elle a épousé en 2012 un chrétien originaire du Soudan du Sud et de nationalité américaine (États-Unis), Daniel Wani, auquel les autorités du Soudan ont confisqué le passeport et qui n’a pas même pas été autorisé de rendre visite à son épouse et à son fils en prison, et d’assister à l’audience du 15 mai.

Meriam Yahia Ibrahim ne peut donc être considérée comme musulmane et on ne saurait lui appliquer les dispositions du Code pénal soudanais relatives aux musulmans de la République du Soudan.

Middle East Concern, via christianophobie.fr

dimanche 18 mai 2014 10:08 , dans (In)Justice


|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à infos-en-vrac

Vous devez être connecté pour ajouter infos-en-vrac à vos amis

 
Créer un blog